Une usine performante et durable

La conception, la construction et l’exploitation d’une sucrerie entièrement nouvelle, qui s’appuient sur les technologies éprouvées les plus efficientes, procurent un avantage économique par rapport aux usines plus anciennes. En outre, dans les industries dites de « process », la conception à partir d’une feuille blanche (approche « Greenfield ») permet une valorisation plus optimale de l’énergie qu’il est difficile d’atteindre dans la modernisation d’un site existant. A titre emblématique, la mise en œuvre d’une centrale turbine gaz pour produire l’électricité et la chaleur nécessaires au fonctionnement de l’usine, rencontre le triple objectif d’une diminution de la consommation d’énergie, d’une diminution des émissions de CO2, et d’une meilleure valorisation des coproduits.

Vue aérienne de la nouvelle sucrerie

La disponibilité locale de ces pellets procure un avantage significatif pour les éleveurs qui aujourd’hui les importent ou doivent se résoudre à utiliser la pulpe surpressée dont le stockage, la manutention et le transport sont beaucoup plus contraignants.Cette technologie innovante permettra de sécher à la vapeur une majorité des pulpes, sans générer de poussières, et sans perte de matières (contrairement au séchage des pulpes par flamme) avec un coût énergétique marginal très faible.

La performance énergétique inédite de l’usine lui permet d’être moins sensible aux deux aléas économiques principaux que constituent une diminution du prix du sucre et/ou une hausse du prix de l’énergie fossile.

Le four à chaux alimenté avec du coke et de l’anthracite est remplacé par un four à chaux au gaz dont les émissions sont sensiblement inférieures. Le principe de la mini-campagne a également été abandonné au profit de la transformation de 100% des betteraves en campagne, ce qui procure une utilisation plus durable de l’énergie.